N°8 : Guerre civile (à paraître)

Coordonné par Franck Mermier et Alessandro Monsutti, intitulé Guerre civile, le n°8 de la revue Monde commun sort prochainement.

Édito

La guerre civile en question

Le thème de la guerre civile a acquis une grande visibilité après la chute de l’Union soviétique et la fin de la guerre froide. Entre un usage métaphorique qui, par exemple en France, en brandit la menace pour appeler à lutter contre le « communautarisme », et les tentatives de définitions savantes qui apparaissent régulièrement, la guerre civile renvoie à de multiples réalités fort contrastées que brouille un usage paresseux de la notion.
Élisabeth Claverie, dans l’entretien qui inaugure ce numéro, nous rappelle à la lumière de ses recherches sur les tribunaux internationaux chargés de juger les crimes de guerre, de l’ex-Yougoslavie au Congo, qu’ « il y a eu une époque où les juges et même le procureur parlaient de « guerre civile » dans l’acte d’accusation, mais ça n’a pas duré longtemps. Le travail du droit pénal international c’est de caractériser précisément les crimes commis en période de conflit armé. D’une certaine façon la notion de guerre civile oblitère ce travail de caractérisation et entretient un flou ». Elle tend parfois à occulter les enjeux internationaux ou les causes politiques des conflits au profit de grilles de lecture culturalistes renvoyant à des oppositions irréductibles au sein des sociétés.
Pour certains essayistes, on serait entré dans l’ère des guerres civiles au regard de la nature des conflits qui ravagent plusieurs points du globe et enfoncent certaines sociétés dans un chaos généralisé. On serait ainsi passé de la « guerre civile européenne » à la « guerre civile mondiale » qui donne déjà lieu à des « guerres hybrides », une autre définition floue, alliant des dosages variés entre guerre conventionnelle et cyberguerre, entre acteurs étatiques et non-étatiques. En parallèle, des conflits plus larvés, sont qualifiés de « guerres culturelles » mettant aux prises des manières d’être, des styles de vie et des représentations du monde dont l’opposition serait susceptible de conduire à des « guerres civiles ».
Des conflits très hétérogènes sont ainsi qualifiés de guerres civiles apposant une fausse symétrie entre les acteurs. Le recours à ce qualificatif de guerre civile peut servir à occulter, sous le masque de la guerre de tous contre tous, la disproportion des forces en présence et l’engagement très variable des populations dans des conflits qui leur sont imposés. Sans remettre en cause, de manière systématique, la validité de cette notion, il faut aussi reconnaître qu’elle a parfois tendance à obscurcir plus qu’à éclairer la complexité de certains conflits et la manière dont leurs protagonistes les nomment et se les représentent.
Les situations de conflit présentées dans ce volume, du Yémen à la Colombie, des États-Unis à la Birmanie, en passant par l’Afghanistan, la Syrie et l’Éthiopie, montrent qu’à la variété des contextes, des causes et des belligérants correspond une pluralité de dénominations et de qualifications qu’il faut prendre en compte pour ne pas dépouiller ces conflits internes de leur histoire propre et de leur substance sémantique. Certains sont rangés dans la catégorie des guerres civiles, d’autres non, par ceux qui entreprennent de les analyser. Mais comment sont-ils qualifiés par ceux qui en sont les parties prenantes et les victimes ?
L’enjeu de la dénomination est rien moins qu’anodin. Il est l’objet de luttes de définition qui servent à désigner les causes des conflits, à déterminer qui est l’agresseur et qui est la victime, à établir les responsabilités et le déroulement des faits. L’anthropologie est particulièrement bien équipée pour évoquer la pluralité des contextes et de leurs effets. Ce numéro de Monde commun nous invite à reconsidérer l’usage de grilles de lecture préétablies et notre manière de penser les guerres dites civiles.

Franck Mermier et Alessandro Monsutti

Sommaire

A près l’éditorial  de Franck Mermier et Alessandro Monsutti, le numéro s’ouvre par un grand entretien avec Elisabeth Claverie (réalisé par Emma Aubin-Boltanski et Franck Mermier).

Le Dossier compte quatre 4 articles

  • François Robinne : “Violence diffuse. L’ombre portée de la guerre civile en Birmanie”
  • Simon Ridley : “Jours de rage, guerre culturelle et guerre civile : Berkeley sur la ligne de front”
  • Serge Dewel : “Le conflit du Tigré (Éthiopie) : une ‘guerre civile’, vraiment ?”
  • Erminia Chiara Calabrese : “Jawad, un combattant du Hezbollah dans la guerre en Syrie”

Le Cahier de dessins est réalisé par Seif Eddin Nechi, auteur de BD 

Dans la rubrique Si loin, si proche, vous trouverez une traduction d’un texte de Myriam Jimeno intitulé “Guerre, anthropologie et conscience sociale en Colombie” (traduit de l’espagnol par Franck Mermier)

La Prise de parole est signée Bushra Al-Maqtari, “Témoigner pour les victimes de la guerre au Yémen” (traduit de l’arabe par Marianne Babut)

La rubrique Faire de l’anthropologie est consacrée à un texte d’Alessandro Monsutti, “Suivre les personnes, suivre les conflits : Quelques réflexions ethnographiques à partir d’un terrain afghan”.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Le conseil de rédaction (4 octobre 2022). N°8 : Guerre civile (à paraître). Monde commun. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search