Mondes toxiques sera bientôt en librairie!

Les objets convoités de la « croissance » économique produisent la pollution qui envahit nos corps et nos vies et finissent en déchets. Pour comprendre les expériences intimes que les hommes et les femmes ont des produits toxiques et des pollutions au quotidien, nous avons mené des enquêtes locales, en situation. Le nucléaire, les pesticides, les projets miniers, les produits chimiques du quotidien, les plastiques sont pris ici par leurs effets sur les corps et la manière dont ils reflètent et accentuent des inégalités sociales, de genre, de classe, de race. Les déchets toxiques issus des procédés industriels sont ignorés et tolérés par ceux qui continuent à vivre le « progrès » et « la croissance », tandis qu’ils occasionnent des souffrances quotidiennes à d’autres. Ce volume de Monde commun s’attache aux différentes formes de déni chez les régulateurs, les industriels et les victimes de la pollution, et à l’invisibilisation des conséquences matérielles dans notre système économique et technique. Questionner la chimie de notre monde toxique, c’est aussi imaginer d’autres mondes possibles, en suivant celles et ceux qui ont ouvert des alternatives vécues et vivantes.

Mondes toxiques, le numéro 5 de Monde commun, dirigé par Michel Naepels et Birgit Muller, sera dans votre librairie le 20 janvier 2021.

Petits citadins, mauvais citoyens ?

Sommaire   

→000

Motion de l’Assemblée générale annuelle du Conseil de rédaction de la revue Monde commun

Défendre la société, reconstruire le commun !

→000

Grand entretien

Etienne Balibar

Les lieux de la politique. Citoyenneté, démocratie, périphérie

Réalisé par Florence Bouillon, Sarah Carton de Grammont, Michel Naepels

Dossier

→000

Catherine Neveu

Débattons dans les rues à Tours : une expérience de « festipolitique » improbable ?

→000

Eleonora Elguezabal

Mon voisin est-il vigilant ou l’ami des gendarmes ? Participation citoyenne et extension du domaine sécuritaire

→000

Daniela Ristic

Du « village global » au procès de l’hospitalité. Riace, Calabre

→000

Myriam Hachimi Alaoui, Élise Lemercier, Élise Palomares

« Maintenant, j’ai mes droits, je ne bouge pas d’ici. » Faire face aux décasages à Mayotte

Cahier de dessins

Ella&Pitr   

Si loin, si proche

→000

 Eli Elinoff

Une maison, c’est bien plus qu’une maison. Bâtir la démocratie le long de la voie ferrée dans le Nord-Est de la Thaïlande

Prise de parole

→000

Karine Clément

Le rond-point de Saint-Avold : « Tu viens comme t’es »

Faire de l’anthropologie

→000

Laetitia Overney

Le quotidien, ça ne coule pas de source ! Enquêter sur la politique ordinaire en cité HLM

Défendre la société, reconstruire le commun!

Défendre la société, reconstruire le commun !

Motion de l’Assemblée générale annuelle du Conseil de rédaction de la revue Monde commun : des anthropologues dans la cité

L’AG du Conseil de rédaction de la revue Monde commun : des anthropologues dans la cité  réunie le 22 janvier 2020 a décidé de rejoindre la lutte contre la réforme des retraites et contre le projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR).

En rejoignant la quarantaine de revues de Sciences sociales déjà mobilisées, nous nous déclarons pour une retraite par répartition au nom du principe de solidarité, sociale et intergénérationnelle, contre le modèle individualiste imposé par les réformes néolibérales successives du gouvernement, et notamment celle de la retraite par points qui ouvre la porte à la retraite par capitalisation.

La loi sur la retraite comme la LPPR accélèrent un mouvement plus ancien de destruction des principes fondamentaux de notre système de protection sociale, du service public et de l’État social. Elles complètent et radicalisent les réformes précédentes sur l’université (LRU, loi Fioraso, loi ORE, Parcoursup), la Loi de transformation de la fonction publique (2019), et la réforme de l’assurance chômage avec pour but de réduire le « coût » du travail au nom de la compétitivité. Ces politiques augmentent les inégalités, la précarisation générale des jeunes, dont les jeunes chercheur-es. Elles détruisent le bien commun, la solidarité et l’idée même d’un Etat au service du public. L’abandon programmé d’une politique de recrutements pérennes entraîne de facto une fragilisation importante des carrières des personnels de la recherche, nuisible non seulement à leurs conditions d’existence mais aussi à la construction des compétences et à la production scientifique.

La recherche publique et indépendante est en danger et, au-delà, « la possibilité de décrire rationnellement le monde, face à la lente destruction des conditions de production du savoir et à sa marchandisation », comme l’ont écrit les membres de la revue Genèses, qui a initié ce mouvement des revues.

Le Conseil de rédaction de Monde commun, dans sa composition (doctorants, jeunes docteurs sans poste, post-docs précaires, enseignants-chercheurs statutaires) et dans son initiative elle-même, associative, se veut un moyen de résistance contre le démantèlement des collectifs de recherche et de leur capacité à faire dialoguer la recherche avec un large public. Dans ce sens, Monde commun soutient la mobilisation des personnels BIATSS (Ingénieurs, Administratifs, Techniques, Sanitaires et Sociaux, et des Bibliothèques) d’Open Edition.

Nous, Conseil de rédaction de Monde commun, nous opposons aux perspectives dessinées dans les rapports établis en vue de l’élaboration de la LPPR, rédigés en dépit des consultations antérieures de la communauté universitaire et scientifique. Nous exigeons une loi qui nous redonne les moyens d’une recherche et d’un enseignement stables, indépendants et de qualité. Nous nous mobilisons donc en faveur d’un autre projet, qui mette un terme aux logiques de concentration et réduction des moyens, de précarisation et de compétition qui sapent depuis trop d’années nos professions.

Le deuxième numéro de Monde commun arrive bientôt!

Fake news, mensonges & vérités

Sommaire

1 :Fake news, mensonges et vérités

Grand entretien

→ 000

Jeanne Favret-Saada

Sortir de l’anthropologie pour en faire.

Avec Léonore Le Caisne & Cédric Terzi

2 :

Dossier

→ 000

Michel Agier

La vérité du terrain. Réflexions sur l’enquête ethnographique, le savoir et la parole des anthropologues

→ 000

Stefan Le Courant

Imposture à la frontière. Les deux vérités de Masséré Sissoko

→ 000

Martin Lamotte

Dans l’ombre de la vérité. L’enquête des Ñetas sur un héros gangster

→ 000

Aurélie Ledoux

Des usages politiques de l’image comme preuve. Contre-histoire, complotisme et « post-vérité »

Cahier de dessins

→ 000

Emilie Seto

Le vrai du faux du Modigliani

3 :

Si loin, si proche

→ 000

Carole Mcgranahan

Une anthropologie du mensonge : Trump et la socialité politique de l’indignation morale

4 :

Prise de Parole

→ 000

Entretien à Assane Diagne

Face aux fake news, (r)établir les faits

→ 000

Sophie Eustache

À qui profite le fact-checking ? (L’émergence d’une nouvelle mythologie du journalisme)

5 :

Faire de l’anthropologie

→ 000

Julien Bonhomme

Fausses rumeurs ? Éthique et épistémologie de la vérité

Présentation de Monde commun et du n° 1, « Violence partout, justice nulle part! »

Présentation générale de la revue et discussion autour du premier numéro: « Violence partout, justice nulle part! », dans le cadre du séminaire Anthropologie à Nanterre.

Le mardi 11 décembre 2018 16h-18h à l’Université Paris Nanterre (bâtiment de la MAE, salle E308)

La rencontre sera suivie d’un cocktail.

Infos pratiques: http://www.mae.parisnanterre.fr/infos-pratiques/

Lancement du premier numéro de Monde commun

Violence partout, justice nulle part !

Rencontre et débat avec les anthropologues Chowra Makaremi et Michel Agier, l’historien Patrick Boucheron et le rédacteur en chef de la revue Regards Pierre Jacquemain, animée par Jean-Marie Durand, rédacteur adjoint aux Inrocks.

Jeudi 13 septembre 2018, 19h

Le hasard ludique

128 avenue de Saint-Ouen 75018 Paris