Lancement du premier numéro de Monde commun

Violence partout, justice nulle part !

Rencontre et débat avec les anthropologues Chowra Makaremi et Michel Agier, l’historien Patrick Boucheron et le rédacteur en chef de la revue Regards Pierre Jacquemain, animée par Jean-Marie Durand, rédacteur adjoint aux Inrocks.

Jeudi 13 septembre 2018, 19h

Le hasard ludique

128 avenue de Saint-Ouen 75018 Paris

 

 

 

Violence partout, justice nulle part!

Premier numéro de la revue Monde commun

Sommaire

1 :

→ 000

Grand entretien

Patrick Boucheron

La violence, l’engagement, l’écriture.

2 :

DOSSIER

→ 000

Kamel Boukir

« Nique sa mère la justice »

L’expérience du déni de justice en banlieue.

→ 000

Chowra Makaremi

Violence d’État et politiques du déni en Iran.

Les tracés du pouvoir.

→ 000

Michel Naepels

Violence et impunité à proximité du pouvoir.

Gédéon Kyungu Mutanga, un milicien en République démocratique du Congo.

→ 000

Perrine Poupin

De l’otage à la proie. Irina Dovgan, une femme civile dans la guerre

(Donbass, Ukraine).

3 :

→ 000

Si loin, si proche

Sanjay Barbora

Exhumer une beauté terrible. Violence et politique des choix en Assam (Inde du nord).

4 :

→ 000

Prises de parole

Mogniss Abdallah

Samir Baaloudj

Tarek Kawtari

Farid Taalba

(texte présenté par Perrine Poupin)

30 ans de luttes contre les violences policières dans les quartiers populaires.

L’exemple de Dammarie-les-Lys.

5 :

→ 000

Faire de l’anthropologie

Adèle Blazquez

Ethnographie d’un contexte violent (Sinaloa, Mexique).

L’immanence de l’enquête.

Monde commun

L’anthropologie trouve sa pertinence dans sa capacité à rendre le chaos du monde un peu plus intelligible. Elle est pourtant trop peu visible dans le monde médiatique et le public où elle reste contingentée, malgré ses évolutions diverses, à l’étude des « sociétés exotiques » voire « primitives ». Le Projet Monde Commun – des anthropologues dans la cité veut rompre cette distance artificiellement entretenue. Il met en oeuvre une anthropologie publique, qu’on nommera selon les cas, impliquée ou engagée, coopérative ou citoyenne. Bien ancrée dans l’enquête de terrain, généraliste, ouverte et pluridisciplinaire, à l’écoute du monde qui l’entoure et de ses enjeux contemporains, elle explore de nouvaux modes de dialogue, d’écriture et d’interprétation. Ni savoir « militant » au service d’une cause, ni savoir « expert » au service d’un pouvoir, l’anthropologie publique naît dans la société et y revient. Elle en est partie prenante et elle la réfléchit. Elle en est un ouvroir autant qu’un miroir. Publication semestrielle, Monde commun se veut l’outil d’une mobilisation intellectuelle. Parce que nous croyons que les citoyens demandent à partager et à discuter les savoirs qui les concernent, et à rendre le monde toujours plus commun.