N°6 : Comptes de la vie ordinaire

Comptes de la vie ordinaire

Volume coordonné par
Marie-Paule Hille,
Martin Lamotte
& Odile Macchi

Publié en septembre 2021

→ Sommaire

1 : Grand entretien

Alain Cotterau
À quoi tiennent les gens ? À quoi le voit-on ? Redécouvrir la vie économique

2 : Dossier

Eléonore Guillemot
« Ici, tu comprends, l’argent se rassemble ». Ethnographie des pérégrinations quotidiennes d’un colporteur de balais à Madagascar

David Frati
« Il va sûrement avoir besoin de quelque chose à boire pour ce soir… » Ethnographie des échanges d’alcool d’une femme déclassée dans le désert d’Arizona 

Virginie Milliot
Lutter contre le dénuement. Fragments de vie d’un chiffonnier à Paris au XXIe siècle.

Léonore Gonzales
Au rythme de la marimba, au son de la radio. Travail de rue et salariat des chauffeurs de bus à Mexico

Cahier de dessin

Emmanuel Gauvain (EMG)
« Compte tenu »

3 : Si loin, si proche

Margalida Mulet Pascual
Ethnographie de débrouille à Cuba. Le cas de l’élevage domestique de cochons à Monte.

4 : Prise de parole

Entretien avec Alain Marcom
S’approprier la comptabilité du temps, de l’argent, des distances, des quantités : une expérience d’autogestion dans l’écoconstruction

5 : Faire de l’anthropologie

Geneviève Pruvost
Ceci n’est pas une vie-mode d’emploi. De l’ethnocomptabilité en monde néo-paysan

Édito

A mesure que progressent la mondialisation et la financiarisation de l’économie, le sort des plus démunis semble de plus en plus à la merci de logiques néolibérales qui les privent de toute capacité de s’en sortir. Pourtant, à l’échelle des individus, des familles et des groupes affinitaires, des savoir-faire et des compétences se développent pour créer des ressources, révélant ainsi une capacité d’agir souvent insoupçonnée. Activer des réseaux d’entraide, se frayer des accès à la gratuité, flairer des opportunités, anticiper les coups durs, sont autant de façons de prendre en main son destin et celui de sa famille à la croisée des régulations du marché et d’initiatives économiques inventives. Ces initiatives, souvent décrites comme des formes d’économie informelle car insaisissables, apparaissent comme des espaces d’échange structurés et obéissant à des rationalités propres.

Ce sixième numéro de Monde commun, « Comptes de la vie ordinaire », s’ouvre avec un entretien d’Alain Cottereau, chercheur en sciences sociales, qui partage avec le lecteur son cheminement intellectuel et sa méthode de relevé ethnographique exhaustif, l’« ethnocomptabilité ». Il nous livre ainsi une critique des modèles économiques actuels et de leur incapacité à rendre compte de la réalité sociale. Avec son regard d’historien, de sociologue et d’anthropologue, Alain Cottereau nous invite à repenser notre façon de faire des sciences sociales tout en ouvrant des perspectives pour étudier le monde économique en le reconnectant au reste des phénomènes sociaux. En écho à cette invitation à perfectionner les outils de l’« ethnocomptabilité », Geneviève Pruvost met à l’épreuve cette méthode d’enquête en posant une question de fond : comment faire de l’ethnocomptabilité, quand compter est loin d’être une évidence pour les acteurs ?

Via une série d’ethnographies économiques menées à travers le monde, ce numéro donne à voir et à entendre des acteurs qui, dans leur vie ordinaire, s’inscrivent dans une économie de débrouille. Que ce soit Suzee, une sexagénaire déclassée aux États-Unis, Njaka, un colporteur de balais à Madagascar, Ben, un biffin des quartiers nord de Paris, Raúl, Francisco, José et Ricardo, chauffeurs de bus à Mexico, ou José-Luis, un éleveur de cochons à Cuba, tous œuvrent au quotidien pour améliorer leurs conditions de vie. Ces ethnographies mettent au jour un ensemble de pratiques – ruses, tactiques, stratégies, contournements, tromperies, engagements politiques – qui soutiennent des formes de vie économiques alternatives dans des régimes politiques caractérisés par une économie planifiée (Cuba), des réformes néolibérales dans le réaménagement urbain (Mexico), des politiques municipales d’aides sociales (Paris), un marché mondialisé croissant (Madagascar) et des aides publiques via un système de bons alimentaires (États-Unis).

Toutes ces ethnographies décrivent des leviers spécifiques pour joindre les deux bouts dans des contextes économiques et politiques souvent contraints. Les réseaux d’entraide – familiaux, amicaux, anonymes, militants, patronaux – font partie des ressources mobilisées par chaque acteur pour résoudre des difficultés concrètes, que ce soit pour construire la clôture d’une porcherie, pour se saper à 1,50 euro, pour nettoyer des queues de zébu, pour négocier une redevance à la baisse ou organiser un drum circle. Certaines de ces études, d’une grande richesse descriptive, mettent en exergue des logiques internes, des préférences, des arbitrages qui parfois défient toute rationalité économique extérieure. Plus que la rentabilité, la productivité, le rendement, le profit, ce qui est défendu par cette retraitée, ce vendeur de balais, ce chauffeur, cet éleveur de cochons, ce biffin, c’est une vie autonome, une vie digne, une vie dont on tente de rester maître.

Un prolongement de cette réflexion sur la productivité, le travail et l’autogestion est au cœur de la prise de parole d’un maçon, Alain Marcom, qui a créé une entreprise autogérée de construction de maison en terre crue. Il nous fait partager sa vision du monde de l’entreprise, sa réappropriation du terme « ethnocomptabilité » qu’il applique à son domaine de compétence pour gérer l’organisation de son entreprise. Son concept d’« intensité sociale » – les heures de travail au regard de la quantité d’énergie consommée – fait écho aux centaines de kilomètres parcourus à pieds par Njaka, le colporteur de Madagascar, ou les déplacements à jument effectués par José-Luis.

L’échelle microscopique d’observation de ces phénomènes économiques permet de décrire comment les effets de la mondialisation, souvent étudiée par des approches surplombantes, se traduisent dans la réalité sociale des acteurs.

Télécharger le booklet (PDF)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search