N°7 Trans : des existences frontalières (à paraître)

Coordonné par Michel Agier et Mélanie Gourarier, intitulé Trans : Des existences frontalières, le n°7 de la revue Monde commun sort le 23 mars 2022.

Il propose de considérer la question trans au sein de situations où se rejouent et parfois se défont les binarités. Terrain limite des “identités frontalières ” (L. Miano), la question trans ouvre ainsi l’horizon d’une épistémologie nouvelle, qui est aussi une politique : celle de l’errance et de l’incertitude, contre la fixité et la racine. Il analyse les incertitudes de la race et du genre, et les replace dans un débat public plus large et nécessaire sur les frontières.

Edito :

Le décentrement du regard vers la frontière et les limites permet à l’anthropologie de mieux donner vie à un nouvel ordre de réalités et de le comprendre. Cette démarche peut aussi bien être poussée plus loin encore et rencontrer une pensée queer qui est une pensée des seuils, de la « bizarrerie », de la marginalité et de l’a-normal. Le décentrement peut ainsi défaire l’hégémonie d’une pensée de la binarité qui a servi, partout, les rapports de domination en même temps que la détermination des frontières solides et figées. A l’inverse, l’indétermination, l’incertitude, la fragilité, font figure de résistance face à cet ordre trop rigide.

Or, les rapports de domination exercés sur le monde sont aujourd’hui plus souvent envisagés comme la raison de sa perte. Dans un contexte déstabilisant, entraînant de grandes inquiétudes, l’anthropologie apparait comme une science providentielle ! La rupture de sens et le trouble qu’elle engendre en portant à la connaissance d’autres formes de vie et de rapports aux autres, aux vivants plus largement, agit sur la pensée écologique autant que sur les luttes minoritaires (LGBTQI, indigènes, raciales, invalides, etc.). Qu’il s’agisse de soumettre à la critique la normalité de l’hétérosexualité et la fixité des identités de genre, ou encore la pensée binaire qui établit l’humanité dans l’opposition, l’exploitation et la destruction extractiviste de ce qui est catégorisé comme sous-humain et non-humain, l’anthropologie des limites a vocation à subvertir l’ordre des choses pour montrer qu’un autre monde est (encore) possible. Cette potentialité critique affleure dans le traitement de la question trans, point d’accolement entre nature et culture. De même nous proposons de considérer la question trans comme incluse dans d’autres situations où se rejouent et parfois se défont les binarités. Les phénomènes de passing de classe et de race ont ainsi contribué à remettre en cause les classifications et leurs limites, et jusqu’au principe même de leur normativité. D’où le « trouble » non seulement dans le genre (Butler) mais dans l’usage des catégories plus largement, inaptes à rendre compte des situations interstitielles. La question cesse ici d’être théorique, elle vient s’incarner dans des existences toujours marginalisées pour ce qu’elles brouillent des partitions censées ne jamais se confondre et se rencontrer : l’humain et l’animal, le réel et la fiction, la femme et l’homme. Terrain limite des « identités frontalières » (Miano), la question trans ouvre l’horizon d’une épistémologie nouvelle, qui est aussi une politique : celle de l’errance et de l’incertitude contre la fixité et la racine. Les mondes sociaux « ordinaires » de la classe, de la race, autant que du genre s’en trouvent ainsi rendus normalement et heureusement bizarres.

Race, racisé-es, genre, trans, binarité, intersectionnalité… Même si l’ambition de la revue Monde commun est en permanence de prendre le temps de la réflexion sur des sujets sensibles (violence, fake news, migrants, citoyens, toxicité, précarités) et de proposer des clés de compréhension de ces sujets par les méthodes de l’enquête et du décentrement propres à l’anthropologie, nous savons que les termes utilisés font polémique dans les différents lieux des débats publics. Nous les assumons en les replaçant dans les cadres analytiques autant que descriptifs de l’anthropologie.

Ainsi nous pouvons dire, avec les mots de Rogers Brubaker, dans le texte sur « l’affaire Doleval » dont une traduction est présentée dans ce numéro et à discuter, que les débats sur la race et le genre sont, pour tous et toutes (même ceux que la polémique n’intéresse pas), une opportunité intellectuelle autant que politique. Les termes de la polémique sont importants, nous voulons les analyser, les dépasser, et les replacer dans un débat public plus large sur le thème des frontières. Comme le montre le Grand entretien avec Leonora Miano, nous sommes aux temps des existences frontalières qui accompagnent une critique des pensées identitaires. Avec elle, nous voulons retenir « l’idée de ce qui échappe aux catégories et qui pourtant existe ».

Michel Agier et Mélanie Gourarier

Sommaire :

Le numéro s’ouvre par un Grand entretien avec Leonora Miano intitulé « Ce qui échappe aux catégories et qui pourtant existe ».

Le Dossier comprend quatre articles :

  • Emmanuel Beaubatie : Aux frontières du genre. Non-binarité et transformations de l’ordre sexué.
  • Pascale Absi : Identités à la carte. Transitionner comme femme (et) indigène en Bolivie.
  • Solène Brun : « Passer » pour blanc. L’exemple des personnes non blanches élevées par un ou des parent(s) blanc(s).
  • João Gabriel : L’impossible transition : devenir homme, demeurer Autre

Le Portfolio (dessins et textes) est réalisé par l’artiste Kelsi Phung.

Dans la rubrique Si loin si proche, vous pourrez lire une traduction d’un texte de Rogers Brubaker, intitulée “L’affaire Dolezal : race, genre et micropolitique de l’identité.”

La Prise de parole de Marjolaine Unter Ecker intitulé “Ce que la littérature fait aux frontières et ce que les frontières font à la littérature. L’exemple d’Afropea.”

La rubrique Faire de l’anthropologie est consacrée à un texte de Rodrigo Parrini : “Ethnographie et trahison. Cheminements vers une anthropologie queer“.



Citer ce billet
Le conseil de rédaction (2022, 7 mars). N°7 Trans : des existences frontalières (à paraître). Monde commun. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlol

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search