Outside the Safe Operating Space

L’humanité a dépassé la limite planétaire liée aux polluants environnementaux, concluent quatorze scientifiques du Stockholm Resilience Centre1. En 2009, une équipe internationale de chercheurs avait identifié neuf frontières planétaires à ne pas dépasser pour garder l’état remarquablement stable dans lequel la planète Terre est restée depuis 10 000 ans. La rapidité avec laquelle les industries produisent et émettent de nouveaux produits chimiques et d’autres substances nouvelles dans l’environnement n’est pas compatible avec le maintien d’un espace de vie sûr pour l’humanité. Des poisons de puissance inconnue sont déversés dans le système biotique de la terre. Il n’y a souvent aucun moyen de les éliminer ou de prédire comment certains d’entre eux pourraient brusquement se combiner en aggravant leur toxicité.

Mondes Toxiques (numéro 5 de Monde Commun) explore les multiples mécanismes de déni de cette réalité connu depuis longtemps et cherche à comprendre les expériences intimes que les hommes et les femmes ont des produits toxiques et des pollutions au quotidien. Voici son édito, signé par Birgit Müller et Michel Naepels .

Édito Mondes toxiques

Nos enquêtes ethnographiques, en situation, montrent que les relations chimiques ne commencent et ne s’arrêtent pas là où l’industrie chimique et l’État le pensent. Au lieu de suivre les raisonnements bureaucratiques et la science officielle, nous avons cherché à comprendre les expériences intimes que les hommes et les femmes ont des produits toxiques et des pollutions. Le nucléaire, les pesticides, les projets miniers, les produits chimiques du quotidien, les déchets industriels, les plastiques, la catastrophe de Seveso sont pris ici par leurs effets sur les corps, et par la manière dont ils reflètent et accentuent des inégalités sociales, de genre, de classe, de race. Le raisonnement des corps appelle à un droit universel à la respiration.

Les bureaucrates et politiciens ont longtemps fermé les yeux sur l’accumulation de petites doses toxiques dans les sols, les nappes phréatiques, les océans et dans les corps. Les déchets toxiques des processus industriels ont été tolérés comme un prix à payer pour vivre le « progrès » et la « croissance ». Nous nous intéressons à la capacité des humains à rendre invisible et à nier l’évidence toxique, et au refus obstiné d’observer et de comprendre toutes les conséquences matérielles de notre système économique et technique. Le déni fait disparaître les traces et les effets invisibles de la catastrophe. Arme puissante, il permet de normaliser une situation toxique d’une manière qui reproduit la logique rationnelle tout en produisant un profond abandon au mal de la non-réflexion. Or, parler de la pollution c’est reconnaître son pouvoir immense de rendre inhabitable un espace jusque-là familier.

Décrire et questionner la chimie de notre monde toxique, c’est aussi ouvrir et imaginer d’autres mondes possibles, qui ne soient pas inhabitables. Les alliés les plus sûrs sont alors les non-humains : les plantes qui résistent aux herbicides et les insectes qui cessent de prêter leurs « services écosystémiques ». Les espèces sont plutôt des enchevêtrements et dépendent les unes des autres. Cela nous conduit à suivre celles et ceux qui ont ouvert des chemins critiques et qui ont retissé des relations entre humains et non-humains et entre les personnes et les lieux, afin d’ouvrir des alternatives vécues et vivantes : les auteur.e.s rassemblé.e.s ici l’écrivent avec force et humour.

Birgit Müller et Michel Naepels

Retrouvez :

  • ici le sommaire de “Mondes toxiques”, numéro 5 de Monde Commun;
  • ici l’accès via cairn.info aux différents articles du numéro;
  • précisément le cahier de dessins d’Antonin Malchiodi qui illustre ce numéro et ce billet;
  • et la recension qu’en a fait Gilles Fumey sur le blog Géographies en mouvement.
  1. Lire le Communiqué de presse du Stockholm Resilience Centre ou un article article des chercheurs du Stockholm Resilience Centre []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search