Darmanin, on te voit !

Pour savoir ce qui se passe à La Duchère, vaut-il mieux plus de caméras de vidéo-surveillance ou un regard plus ethnographique? Monde Commun avait fait son choix dès le numéro 4. C’est le moment ou jamais de lire et relire le texte de Laetitia Overney, « Le quotidien, ça ne coule pas de source! Enquêter sur la politique ordinaire en cité HLM” (voir les premiers paragraphes ci-après). Laetitia Overney nous envoie, à cette énième occasion de médiatisation tapageuse, des nouvelles de cette « zone non couverte » que son texte, comme le numéro 4, cherchait à éclairer.

Zone non-couverte

« Que s’est-il passé à la Duchère le 25 octobre dernier ? On sait que des policiers ont essuyé des tirs aux abords d’un immeuble. Si on n’en sait pas plus, nous dit le ministre de l’Intérieur, c’est parce que l’évènement s’est déroulé dans une “zone [qui] n’est couverte par aucun dispositif de vidéoprotection”. Simple localisation du désordre. Pendant que le ministre critiquait vivement le maire de Lyon, que l’évènement était relayé par les chaînes d’info continue, que l’attention publique était focalisée sur cette zone non-couverte par les caméras de surveillance, qu’est-ce qui se passait à la Duchère ? Détournons le regard.
Depuis deux mois déjà, les habitant.e.s du 114 rue du Château vivaient sans ascenseur. C’est une barre d’immeuble H.L.M de plus de 15 étages. « De toute façon, ils vont la démolir » me dit Myriam, une habitante révoltée et résignée à la fois. « Il paraît que l’ascenseur sera réparé après le jour de l’an, ils n’ont pas la pièce ». Beaucoup de locataires sont déjà partis. Alors tant pis pour celles et ceux qui ont un souffle au cœur, des enfants en bas âge, des jambes paralysées, un chien à descendre deux fois par jour, une livraison de frigo prévue par Conforama, une prothèse de hanche, une aide-ménagère, des sacs de litière à porter, ou un déménagement programmé. Tant pis, il faudra attendre le début de l’année 2022, soit plus de 4 mois. Prince est chanceux, sa maîtresse a pu le placer chez des amis dans les Monts du Lyonnais ; au vert, il joue avec un autre petit chien. Il lui manque, même si elle ne s’inquiète plus pour lui, mais pour son cœur à elle, qui doit gravir les étages. Au moins, avec ses trois chats, elle est protégée des souris qui ont envahi les appartements de l’allée d’à côté. Le bailleur n’est plus joignable, c’est la plateforme qui répond au téléphone. Une réunion avec les locataires devait être organisée le 15 novembre à 18h en plein air pour ne pas prendre de risque sanitaire. “Je ne pensais pas qu’ils allaient nous laisser dans la merde comme ça”. Qu’est-ce que locataires et bailleur auront pu se dire ? Se seront-ils entendus ? Auront-ils seulement pu se voir dans la nuit ? »

Laetitia Overney, addendum, nov. 2021.

Overney, Laetitia. « Le quotidien, ça ne coule pas de source ! Enquêter sur la politique ordinaire en cité HLM », Monde commun, vol. 4, no. 1, 2020, pp. 190-208. Extrait

& Pitre
Ella&Pitr, Non titré à ce jour, quartier Cotonne/colline des Pères, Saint-Étienne.

Quelle politique se fabrique au quotidien dans les quartiers de HLM1 ? Et que fait l’ethnographe pour la saisir et la décrire ? Voici les deux questions que je souhaiterais développer dans ce texte. Réputés aujourd’hui pour leur faible politisation, les quartiers dits de « banlieue » seraient un terrain mineur de l’action citoyenne, et leurs habitant.e.s, de « mauvais.e.s » citoyen.ne.s. En dehors des moments dits d’« émeutes » (2005 et 2017 pour les plus récentes), les quartiers populaires sont devenus le support d’une vie publique fort peu analysée par les chercheurs2, dont le regard va droit vers d’autres centralités symboliques et politiques. Peut-être vers des ronds-points depuis novembre 2018, mais jamais – ou très rarement – dans les quartiers de HLM. Un ancien animateur d’un collectif d’habitants dans le grand ensemble de la Duchère à Lyon me le disait déjà avec ses mots en 2007 : « la Duchère, ce n’est pas le Larzac ! » À mon tour, aujourd’hui, je pourrais dire que la Duchère n’est pas une ZAD3 ! Comment alors faire sentir ce qu’il s’y passe, comment rendre compte de ces formes de militantisme à bas bruit qui y prennent corps, presque imperceptibles et pourtant bien présentes, et qui méritent selon nous d’être relayées et analysées ?

De nombreux travaux de sciences sociales s’intéressent à la vie dans les HLM. Ils passent à la moulinette les grands chantiers et les politiques publiques, l’action sociale, les rénovations successives durant cinquante ans, avec de nombreuses questions sur les classes populaires, le logement, l’intégration, l’assimilation ou encore la mixité sociale. Les discours politiques, institutionnels et médiatiques reprennent ces analyses, certains insistant sur tel aspect et d’aucuns sur tel autre. Il y a ainsi une sorte de grand récit historique des quartiers de HLM, qui a été largement publicisé. Ce récit est, à peu de chose près, toujours celui-ci : après la Seconde Guerre mondiale, l’État soutient une politique de construction de logements sociaux sans précédent – les grands ensembles – pour loger les classes moyennes et populaires en périphérie des villes. Ces populations vivaient jusque-là dans les immeubles insalubres des centres-villes ou dans de vieilles masures à la campagne qu’elles ont dû quitter pour trouver du travail. Au cours des années 1970, les immigrés et leurs familles partent des bidonvilles et des garnis pour accéder à leur tour aux HLM. Pour tous, dans les premiers mois, domine la joie d’accéder enfin au confort. Parfois, les familles déchantent vite : dans certains grands ensembles, les appartements s’avèrent peu confortables à l’usage, le quartier peu animé et mal relié au tissu urbain, les voisins bruyants et peu fréquentables. Les femmes s’ennuient, dépriment, la presse parle du « mal des grands ensembles ». Les équipements collectifs s’animent avec les moyens du bord. Bientôt, c’est le chômage de masse qui rattrape les ménages et les laisse exsangues. Celles et ceux qui ont les moyens de quitter le parc social s’en vont pour habiter ailleurs – souvent un pavillon –, les autres restent et désertent les actions militantes. Feu le communisme municipal ! Les politiques de la ville successives se proposent depuis les années 1980 d’améliorer le cadre de vie et de colmater les écarts sociaux entre les territoires.

Les épisodes défilent, mais qu’est-ce que l’on peut retenir ?

Ce grand récit public tracé à grands pas est bien sûr trop linéaire, cette histoire ne tient pas compte des singularités locales d’une cité HLM à l’autre. Le niveau de confort, le profil des locataires, leur ancienneté, les sociabilités et l’ambiance notamment, peuvent varier très fortement. Il faut bien connaître les lieux pour repérer ces différences qui sont parfois sensibles d’un immeuble à l’autre au sein d’une même cité. Les habitant.e.s ont en tête une cartographie précise et intime de leur quartier : « là, c’est Chicago », « cette barre, c’est chez moi, c’est comme ma famille », « j’ai un bel appartement depuis 1963 ». Ils et elles disent encore « là-bas, c’est l’immeuble des Maliens », parlent des « bourgeois de la tour no 6 » et de « Nacira, la gardienne qui tient bien son bâtiment ».

 

Lire la suite du texte Laetitia Overney sur cairn.info.
Découvrir le carnet photos de Ella&Pitr dans le numéro 4 de Monde Commun.
Découvrir le sommaire du n°4 de Monde Commun, Petits citadins, mauvais citoyens ?.

  1. Habitations à loyers modérés. []
  2. Michel Kokoreff, La Force des quartiers. De la délinquance à l’engagement politique, Paris, Payot, 2003. []
  3. Zone à défendre. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search