Condamnation du maire de Riace. Ce qu’en dit Monde Commun

La condamnation le 30 septembre dernier de Domenico Lucano, l’ancien maire (de 2004 à 2018) du village de Riace en Calabre, à plus de 13 ans de prison ferme, a provoqué à juste titre la consternation de toutes les personnes concernées par la question migratoire en Europe. L’accusant d’ « association de malfaiteurs visant à aider et encourager l’immigration clandestine, d’escroquerie, de détournement de fonds et d’abus de fonction », la sentence est presque le double de ce qu’avait demandé le réquisitoire. Au-delà des fautes qu’il a pu commettre (et qui relèvent exclusivement du droit administratif, hors de tout « enrichissement personnel », comme par exemple, de ne pas avoir fait d’appel d’offres public pour la gestion des déchets de la commune), Domenico Lucano est visé pour la place qu’il a prise depuis plus de vingt ans (comme militant associatif d’abord puis comme maire) parmi les grandes figures européennes de l’accueil des étrangers. Le harcèlement contre lui date précisément de la popularité acquise par le village de Riace dans les débats européens sur l’accueil, aboutissant à son arrestation et son placement en résidence surveillée en octobre 2018 déjà pour « aide à l’immigration clandestine ». Cela sous l’ère du ministre de l’intérieur et vice-premier ministre de l’époque Matteo Salvini (de la Ligue, parti d’extrême droite), aveuglé par la haine contre les migrants et contre les citoyens leur venant en aide au nom de l’universalité des droits humains.

Quand en France aujourd’hui, nous entamons des débats avant des choix de société décisifs dans quelques mois, nous pouvons méditer ce différend : d’un côté Riace et tous les territoires accueillants en Europe, de l’autre la condamnation à treize ans de prison de la personne qui l’incarne.

Voir ci-dessous :

Voir la déclaration de l’Anvita après la condamnation de Domenico Lucano.

Voir l’article de Libération relatif à cette condamnation, ainsi que les tribunes dans Le Monde de Michel Agier (ici) et du Fonds Riace France ().

Découvrir le livre de Domanico Lucano.

Début de l’article de Daniela Ristic dans Monde Commun n° 4 (Petits citadins mauvais citoyens ?), « Du “village global” au procès de l’hospitalité. Riace, Calabre »

« Riace, Calabre, Italie du Sud. En ce soir du mois de juin 2019, quelques habitantes sont assises sur un banc et des chaises, dans une ruelle escarpée du village. Des heures durant, elles discutent des sujets politiques les plus divers : de l’état de dégradation du système sanitaire calabrais, des risques du nouveau projet de loi sur l’autonomisation des régions italiennes, de Salvini et du Sea-Watch III. Laura1, la plus jeune du groupe, souligne amèrement les discriminations que subissent, selon elle, les gens du Sud : “Dans le nord [de l’Italie], ils ont toutes les infrastructures, ils peuvent se soigner, alors que nous ici, ils nous laissent mourir…”

Vera, la soixantaine, habite une des anciennes maisons en pierre au bout de la ruelle. Elle partage quelques anecdotes sur la vie quotidienne de l’époque, au village : “Je te parle des années 1960, ponctue-t-elle, le soir, cette rue grouillait de monde, on y jouait de la musique, on y chantait, c’était toujours la fête, pas comme maintenant.” Des années 1960, ses souvenirs font un bond en avant pour arriver au début des années 2000 : “Je me souviens de Fazal, un Afghan, il habitait juste en face de chez moi, là, dans cette maison [elle m’indique de la main une maison aujourd’hui inhabitée], sa femme était comme une sœur et ses enfants dînaient presque tous les soirs chez moi ; lui par contre, il ne s’asseyait pas à table avec nous, il était très gêné.” Les anciens voisins dont parle Vera ont habité dans la commune pendant cinq ans, mais les maigres opportunités d’emploi offertes par le territoire ont finalement poussé la famille à quitter le village. Leur deuxième fille est née en Calabre, tient à préciser Vera, “d’ailleurs, Fazal me disait l’autre jour que depuis qu’ils sont partis en Allemagne, sa fille ne cesse de le harceler pour revenir, mais bon… Que veux-tu, il n’y a pas de travail ici”.

Les discussions de ces habitantes s’attachent à raviver la mémoire de périodes positives ayant animé le quotidien de Riace. Elles racontent un village vivant et dynamique, peuplé de jeunes artisan.e.s et agriculteur.ice.s, animé par des soirs de fêtes et des écoles bien remplies. À ces imaginaires des années 1960, elles associent des souvenirs plus récents de ruelles repeuplées par la présence de nouveaux venus : Zhila, Fazal et leurs enfants venus d’Afghanistan font partie des quelques milliers de personnes migrantes qui ont été accueillies à Riace depuis la fin des années 1990.

À quelques différences près, c’est toujours la même anecdote qui revient lorsque les habitant.e.s reconstituent le début de cette expérience d’accueil : en 1998, une embarcation de fortune arrive sur les plages de la commune. À son bord, 200 personnes d’origine kurde, fuyant persécutions politiques et conflits, et autour desquelles un groupe d’habitant.e.s solidaires se mobilise dans l’urgence. Parmi eux, le futur premier citoyen (en italien, le maire, Sindaco, est couramment désigné ainsi ; on conserve ici cet italianisme, là où le français emploierait plutôt l’expression de “premier magistrat”) : Domenico Lucano, issu de l’Autonomie ouvrière et inspiré, dit-il, par “l’engagement de l’utopie sociale”. Autonomia operaia, né dans les années 1970, était “un mouvement très vaste, fragmenté, qui se reconnaissait peu dans les groupes organisés et qui contenait tout ce qu’il y avait de subversif parmi la gauche extraparlementaire italienne, anti-État, anti-patrons, antisystème”2. Il regroupait diverses franges de l’ultragauche, des mouvements féministes aux côtés de mouvements étudiants et ouvriers, et a connu de nombreux épisodes de répression policière.

Dès lors, l’accueil des migrant.e.s ne va cesser de s’amplifier dans la petite commune. Migrants (dont il faudrait absolument savoir s’ils sont économiques ou politiques), réfugiés, demandeurs d’asile, etc., voilà “autant de termes apparemment descriptifs qui, pourtant, engagent toute une épistémologie et une politique des classifications institutionnelles, médiatiques, populaires ou savantes”3. Il en va de même de la dite crise migratoire contemporaine en Europe. Toujours est-il que les habitant.e.s de Riace et leur maire ont fait de l’accueil de ces “migrant.e.s” un levier de citadinité active et d’identité positive dans un territoire habituellement discrédité et délaissé par les pouvoirs publics centraux. En 2017, ce sont environ 400 personnes qui habitent les maisons jusque-là abandonnées par les émigré.e.s calabrais.e.s. L’initiative a connu une attention médiatique spectaculaire et a fait d’un village ordinaire “le village global” par excellence, comme le proclame un écriteau en bois placé au cœur du centre bourg. Riace est un symbole politique d’engagement pour la cause migratoire en Italie. Présenté comme une communauté globale vertueuse, il a connu des dynamiques de spectacularisation comparables (quoiqu’inversées en positif) à celles de l’île sicilienne de Lampedusa, “frontière-spectacle par excellence”4.

Continuer la lecture sur cairn.info.

Présentation du n° 3 de Monde Commun, “Multitude migrante” :

L’universitaire camerounais à New York, le trader français à Londres, l’ouvrier népalais à Doha… sont autant de figures contemporaines de la mobilité. Des milliers, millions de vies singulières forment ce monde pluriel, hybride et cosmopolite. Faire tenir la multitude migrante de la planète dans une poignée d’études de cas est le genre de défi auquel les anthropologues sont habitués. Nous visons moins la représentativité statistique que l’exemplarité anthropologique, faisant le pari que chaque lectrice ou lecteur peut y reconnaître un peu de soi.

Si l’anthropologie n’était pas critique, elle n’aurait pas lieu d’être », nous rappelle Marc Augé : nous avons souhaité, avec ce numéro 3 de Monde commun, « calmer le jeu » et mettre en évidence la dimension ordinaire, sans être anodine, de la migration.

Ainsi, vous trouverez dans ce numéro des migrants maliens de Montreuil, des acteurs de développement à Kayes, un scientifique vénézuélien en exil dans le sud de la France, des travailleurs indiens recrutés dans des emplois lointains pour payer une dette, une famille algérienne en France, un migrant iranien devenu l’anthropologue de sa propre condition.

Au-delà de la singularité de chacune des situations, considérer ensemble cette multitude migrante internationale – plus de 250 millions de personnes vivant hors de leur pays de naissance – invite à penser le monde à partir des sites et situations de rencontre, cohabitation, coprésence, conflit ou collaboration. Il en va parfois de même avec les migrations de travailleurs à l’intérieur d’un vaste pays comme l’Inde, où les migrants franchissent « des États, des langues et des habitudes alimentaires différentes ». La migration est aussi un devenir qui traverse la vie de celles et ceux qui aspirent au déplacement, même s’ils n’en ont pas encore fait ou n’en feront jamais l’expérience. Aujourd’hui, en Chine, des millions de migrants potentiels rêvent et préparent leur vie au loin.

Ces déplacements redessinent les frontières, qu’elles soient géopolitiques, sociales, culturelles… là où se croisent les établis, les migrants anciens et les nouveaux venus, en zone rurale et urbaine. L’hybridation y est constante. Elle est aussi ancestrale que les mobilités. Elle n’a même ni début ni fin. Dans des villes ouvertes au monde, les processus de « globalisation » s’imbriquent, un cosmopolitisme de tous les jours s’invente. Chacune et chacun apprend à faire avec le monde, organise de nouveaux rapports de pouvoir et redéfinit la place et l’emprise des métropoles, des États et des nations.

Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Marc Augé, anthropologue de la mobilité, n’oublie pas que sa discipline s’est formée à partir des lieux et d’une croyance dans l’atemporalité de ses objets, alors que les non-lieux, le conflit et le mouvement sont apparus comme des marques de la « surmodernité » imposant un changement de concepts, méthodes et questions aux nouvelles générations de chercheur-es. Comment les migrations s’inscrivent-elles durablement dans le tissu social ? Comment les sociétés fonctionnent-elles avec l’ouverture au monde et la mobilité comme principe ?

Pour continuer la lecture du numéro 3 de Monde commun (« Multitude migrante ») sur cairn.info.

Pour découvrir le sommaire du numéro 3 de Monde commun sur ce carnet.

Image mise en avant sur la page d’accueil du site pour cet article : Paris, jardin Villemin, mise à l’abri des mineurs, janvier 2010, photo de Olivier Jobard, tirée de la série Ghorban, né un jour qui n’existe pas, publiée dans le numéro 3 de Monde commun (« Multitude migrante »),

  1. Tous les prénoms ont été modifiés. []
  2. Paulo Pozzi, « La sovversione del’77 : l’Autonomia operaia : Storia di un Movimento culturale e politico abbattuto dalla reazione militare e giudiziaria dello Stato », Paginauno, no 16, 2010. []
  3. Michel Agier, Définir les réfugiés, Paris, Puf, 2017, p. 5. []
  4. Paulo Cutitta, Lo spettacolo del confine. Lampedusa tra produzione e messa in scena della frontiera, Sesto San Giovanni, Mimesis Eterotopie, 2012. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search