Ukraine, le spectre de la guerre revient

Par Perrine Poupin. Illustrations Damien Roudeau.

À la mi-mars, le ministère de la Défense russe a entamé une série d’exercices militaires près des frontières de l’Ukraine. L’Ukraine, à son tour, a effectué des exercices, avec des navires de l’OTAN en mer Noire et à terre près des frontières avec la Crimée. Après ces exercices, les troupes russes ont renforcé progressivement leur présence militaire près de la frontière ukrainienne, dans les régions de Bryansk et de Voronej, ainsi qu’en Crimée. La concentration de divisions russes près de la frontière avec l’Ukraine a atteint son plus haut niveau depuis le début du conflit armé, en 2014.

Des centaines de vidéos attestant de ces mouvements sont relayées quotidiennement sur les réseaux sociaux en Russie et en Ukraine. En Russie, quelques citoyens ordinaires sortent individuellement dans la rue et affichent leur désaccord sur la guerre au moyen de pancartes. Ils risquent des licenciements et des poursuites judiciaires. En Ukraine, la tension monte et du côté des populations civiles, c’est la crainte et la tentative de ne pas réagir trop émotionnellement à cette démonstration de force du Kremlin qui prédominent dans un contexte où le pays enregistre des records de morts liées au coronavirus. Cette flambée de tensions est l’occasion pour les personnes de se remémorer le conflit et son lot de morts parmi les proches, de blessures et de traumatismes.

En 2018, nous avions publié un article sur la trajectoire d’une femme civile dans la guerre, Irina Dovgan.  En voici les premiers pages et l’illustration principale.

Poupin, Perrine. « De l’otage à la proie, Irina Dovgan. Une femme civile dans la guerre (Donbass, Ukraine) », Monde commun, n° 1, 2018, p. 96-115. Premières pages.

L’Ukraine est en guerre. Depuis le début du conflit, au printemps 2014, près de dix mille civils et combattants ont été tués et plus de vingt mille ont été blessés à l’est du pays, près de la frontière avec la Russie (chiffres décembre 2017 de l’ONU). Environ 800 civils auraient été pris en otage, des deux côtés, pro-russe et pro-ukrainien. Prise en otage, puis libérée, Irina Dovgan vient du Donbass, région minière et sidérurgique, dont l’essentiel de la métallurgie et la totalité de l’industrie du charbon appartiennent à l’oligarque Rinat Akhmetov, l’homme le plus riche d’Ukraine, qui a constitué sa fortune au début des années 1990. Irina a passé toute sa vie à Yassynouvata, une petite ville de 36 000 habitants, située à quinze kilomètres au nord de Donetsk. Ma rencontre avec elle date de l’automne 2016, alors que je travaillais comme interprète pour Ilioné Schultz, une journaliste française qui menait une enquête sur la question des violences sexuelles dans le conflit1. 

Les entretiens menés avec les femmes victimes ou témoins de violences furent des situations éprouvantes. Toujours pressées par le temps, nous étions, la journaliste et moi, constamment frustrées, en plus du choc lié aux récits. Sans doute pour conjurer mon angoisse face à l’impossibilité de la narration des violences extrêmes, je décidai de refaire le terrain, plus calmement et au long cours, en chercheur. Je n’avais pas cessé d’écrire à Irina. Je lisais et écoutais tous les entretiens qu’elle avait donnés aux médias. Je suis retournée en Ukraine en 2017. Son histoire aide à comprendre un problème peu pris en compte par la population générale et les décideurs, celui de la prise en charge des civils ayant subi des violences en temps de guerre.

Une vie dans le Donbass, la révolution et la guerre

Irina a 55 ans. Économiste de formation, elle a travaillé toute sa vie comme comptable dans l’entreprise de construction de son mari. Elle fait partie de cette classe moyenne qui travaille dur et qui a consacré son existence à bâtir un environnement paisible et confortable. Ce monde, Irina me le montre, avec fierté et mélancolie, à travers des photographies d’une maison à deux étages, d’un beau potager avec des fleurs, de sa fille de 15 ans et de son fils de 34 ans (d’un premier mariage) qui a lui-même fondé une famille, et d’un chien joyeux. Trois ans avant la guerre, à l’approche de la retraite, Irina changea d’activité. Elle ouvrit un salon de beauté. S’établir comme esthéticienne « convenait plus à son âme » que de tenir les comptes de son mari. Irina tirait aussi une grande satisfaction à se mettre à travailler de ses mains. Elle espérait ainsi faire œuvre utile pour les femmes qui, dans les pays post-soviétiques, « ont le devoir d’être belles ».

Comme des millions d’Ukrainiens, Irina a voyagé en Union européenne. Elle a été charmée par les autoroutes entretenues de la Pologne voisine, elle a fait des stages de cosmétique en France. Avant la guerre, elle pensait être européenne : « Vous ne voyez pas de grandes différences entre vous et moi », me confie-t-elle. Elle n’est pas non plus une europhile béate. Voyager lui a simplement permis de comparer, d’avoir un regard critique sur le niveau élevé de corruption du pouvoir local du Donbass2. Elle interpréta comme une façon d’amputer l’avenir des générations actuelles et futures le refus soudain (suite à la pression de Moscou) de l’ancien président Ianoukovitch de signer l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne, en gestation depuis une décennie. La répression violente des premières manifestations d’étudiants provoqua l’occupation de la place du Maïdan à Kiev, qui rassembla près de 10 % de la population du pays.

Irina regarda jour et nuit la révolution de la place du Maïdan à Kiev, retransmise en direct par la chaîne de télévision privée Canal 5 – propriété de l’homme d’affaires et actuel président Petro Porochenko – et sur les médias en ligne. Elle participa aussi aux meetings qui rassemblèrent chaque soir à Donetsk quelques centaines de personnes. Elle envoya plusieurs fois de l’argent à la caisse du Maïdan. Horrifiée, elle assista presque en direct à l’assassinat par des snipers d’une centaine de manifestants sans armes le 20 février, ce qui provoqua un scandale tel que le gouvernement Ianoukovitch dut fuir le pays.

Fin février 2014, les partis de l’opposition créèrent un gouvernement provisoire. Des bataillons armés « anti-Maïdan » refusèrent de reconnaître la légitimité de ce nouveau régime, accusé de coup d’État. Avec l’aide de troupes russes, ils annexèrent la Crimée en mars et prirent d’assaut les bâtiments officiels des chefs-lieux, puis proclamèrent la création des Républiques populaires de Donetsk (7 avril) et de Lougansk (11 mai), à l’Est. L’occupation de ces régions se fit sans déclaration de guerre et sans résistance de la part des autorités locales3. La Russie soutient ces républiques, tout en niant l’envoi de soldats et de moyens.

La population de Yassynouvata, comme celle du Donbass, se divisa dès l’hiver en pro et anti-Maïdan. Irina essaya de convaincre son entourage, en vain. Dans son salon, certaines clientes anti-Maïdan espéraient sincèrement « retourner en Union soviétique ». Une grande partie ne voulait rien savoir et refusait de « s’occuper de politique ». Irina n’avait jamais caché ses opinions pro-ukrainiennes. Lorsqu’une femme lui dit que les « berkuts » (CRS ukrainiens) auraient dû ensevelir les étudiants dans du béton, elle décida de faire attention à ce qu’elle disait. Elle noua de forts liens avec les femmes qu’elle identifia comme pro-ukrainiennes. Ce tissu de relations permit la naissance d’un réseau qui fonctionna dès le printemps, alors que très peu de clientes fréquentaient encore les salons de beauté. L’économie était gelée. Irina ne voulait pas abandonner sa maison, son potager et ses animaux. Les voisins partaient en lui laissant leurs clés.

Lire la suite du texte de Perrine Poupin sur cairn.info.

Retrouver les dessins de Damien Roudeau à la fin de chaque article du numéro et dans le cahier central du numéro, sur cairn.info.

  1. Ilioné Schultz, « Ukraine, les plaies à vif des violées de guerre », dans Impunité zéro. Violences sexuelles en temps de guerre : l’enquête, Paris, Autrement, 2017. L’article d’Ilioné Schultz est également accessible sur : https://zeroimpunity.com/ukraine-la-guerre-intime/ []
  2. Le Donbass, qui regroupe les régions de Donetsk et Lougansk, actuellement en partie contrôlées par des groupes séparatistes, représentent avant la guerre 9 % du pays et 17 % de sa population. []
  3. Chaque région, celles de Donetsk, Lugansk et de la Crimée, est proche en superficie et en population de la Bretagne. L’Ukraine compte 43 millions d’habitants. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search