N°5 : Mondes toxiques

couverture du numéro 5 Mondes toxiques

Mondes Toxiques

Volume coordonné par
Birgit Muller
& Michel Naepels

Publié en janvier 2021

→ Sommaire

1 : Grand entretien

Gabrielle Hecht
Toxicité et déni. Nucléaire, rapports postcoloniaux et justice environnementale

2 : Dossier

Mariana Rios-Sandoval
Gaïa, la dure à cuire . Un regard vers le futur à partir d’une friche industrielle

Birgit Müller
Glyphosate, mon amour. Propagande et inconscience ordinaire dans l’agriculture industrielle 

Baptiste Monsaingeon
Un monde (en) plastique. Une histoire de continents imaginaires

Laura Centemeri
Le monde toxique “vu de Seveso”. De la catastrophe à l’alternative écologique

Cahier de dessin

Antonin Malchiodi
La fête est finie

3 : Si loin, si proche

Nicholas Shapiro
Polluants éphémères persistants

4 : Prise de parole

Stop Mines 81
Lettre des citoyens aux investisseurs pollueurs

5 : Faire de l’anthropologie

Élise Boutié
Partager un monde pollué. Enquêter à Paradise après l’incendie

Édito

La « croissance » économique et le « développement » produisent des pollutions, des résidus, des déchets, qui affectent nos corps et nos vies – parfois sous la forme de catastrophes, parfois de manière beaucoup plus lente, insidieuse, invisible, en affectant le sol, l’air, l’eau, la nourriture, en s’insérant à des échelles microscopiques voire nanoscopiques et d’une façon répétée dans notre quotidien. Contester la vitesse et l’ampleur de notre empreinte chimique signifie contester le système lui-même qui la maintient en place. L’« industrialisme tardif » produit des normes agissant comme des permis de polluer jusqu’à un certain seuil de toxicité et attribuant à la vie humaine une valeur financière.

Nos enquêtes ethnographiques, en situation, montrent que les relations chimiques ne commencent et ne s’arrêtent pas là où l’industrie chimique et l’État le pensent. Au lieu de suivre les raisonnements bureaucratiques et la science officielle, nous avons cherché à comprendre les expériences intimes que les hommes et les femmes ont des produits toxiques et des pollutions. Le nucléaire, les pesticides, les projets miniers, les produits chimiques du quotidien, les déchets industriels, les plastiques, la catastrophe de Seveso sont pris ici par leurs effets sur les corps, et par la manière dont ils reflètent et accentuent des inégalités sociales, de genre, de classe, de race. Le raisonnement des corps appelle à un droit universel à la respiration.

Les bureaucrates et politiciens ont longtemps fermé les yeux sur l’accumulation de petites doses toxiques dans les sols, les nappes phréatiques, les océans et dans les corps. Les déchets toxiques des processus industriels ont été tolérés comme un prix à payer pour vivre le « progrès » et la « croissance ». Nous nous intéressons à la capacité des humains à rendre invisible et à nier l’évidence toxique, et au refus obstiné d’observer et de comprendre toutes les conséquences matérielles de notre système économique et technique. Le déni fait disparaître les traces et les effets invisibles de la catastrophe. Arme puissante, il permet de normaliser une situation toxique d’une manière qui reproduit la logique rationnelle tout en produisant un profond abandon au mal de la non-réflexion. Or, parler de la pollution c’est reconnaître son pouvoir immense de rendre inhabitable un espace jusque-là familier.

Décrire et questionner la chimie de notre monde toxique, c’est aussi ouvrir et imaginer d’autres mondes possibles, qui ne soient pas inhabitables. Les alliés les plus sûrs sont alors les non-humains : les plantes qui résistent aux herbicides et les insectes qui cessent de prêter leurs « services écosystémiques ». Les espèces sont plutôt des enchevêtrements et dépendent les unes des autres. Cela nous conduit à suivre celles et ceux qui ont ouvert des chemins critiques et qui ont retissé des relations entre humains et non-humains et entre les personnes et les lieux, afin d’ouvrir des alternatives vécues et vivantes : les auteur.e.s rassemblé.e.s ici l’écrivent avec force et humour.

Birgit Müller et Michel Naepels


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search