N°4 : Petits citadins, mauvais citoyens ?

 

 

couverture du numéro 4 - Petits citadins, mauvais citoyens?

Petits citadins, mauvais citoyens ?

Volume coordonné par
Florence Bouillon,
Sarah Carton de Grammont
& Maria Anita Palumbo

Publié en mai 2020

 

→ Sommaire

 

1 : Grand entretien

Étienne Balibar
Les lieux de la politique. Citoyenneté, démocratie, périphérie.
Avec Florence Bouillon, Sarah Carton de
Grammont, Michel Naepels, Maria Anita
Palumbo

2 : Dossier

Catherine Neveu
Débattons dans les rues à Tours : une expérience de « festipolitique » improbable ?

Eleonora Elguezabal
Mon voisin est-il vigilant ou l’ami des gendarmes ?
Participation citoyenne et extension du domaine sécuritaire

Daniela Ristic
Du « village global » au procès de l’hospitalité.
Riace, Calabre

Myriam Hachimi Alaoui, Élise Lemercier et Élise Palomares
« Maintenant, j’ai mes droits, je ne bouge pas d’ici. »
Faire face aux décasages à Mayotte

Cahier de dessin

Ella&Pitr
La ville détournée

3 : Si loin, si proche

Eli Elinoff
Une maison, c’est bien plus qu’une maison.
Bâtir la démocratie le long de la voie ferrée dans le Nord-Est de la Thaïlande

4 : Prise de parole

Karine Clément
avec Raymond, Juan,
Fabrice, Isabelle et
d’autres
Le rond-point de Saint-Avold : « Tu viens comme t’es »

5 : Faire de l’anthropologie

Laetitia Overney
Le quotidien, ça ne coule pas de source !
Enquêter sur la politique ordinaire en cité HLM

 

Édito

Les petites villes, bien qu’elles constituent l’horizon de vie quotidien de la majorité des individus dans le monde, sont très souvent décrites comme problématiques. Urbanité lacunaire, léthargie économique et anomie culturelle se conjugueraient pour attiser les conservatismes politiques, l’abstentionnisme, l’extrémisme. Mais cette lecture donne-t-elle à comprendre l’urbanité et la citoyenneté contemporaines ? Ces espaces dits périphériques ne sont-ils pas aussi des lieux de politisation à bas bruit ? Les enquêtes de terrain présentées ici proposent de changer de focale : à y mieux regarder, on peut percevoir un fourmillement d’initiatives qui, certes peu spectaculaires, disent pourtant beaucoup des formes contemporaines d’engagement dans la cité.

Étienne Balibar nous invite d’emblée à prendre de la hauteur, en resituant ces questions dans une réflexion plus globale sur la démocratie. La question posée est alors celle du droit à la parole. Serait-il plus simple de prendre la parole publique que de la donner ? C’est ce que suggère peut-être l’expérience du festival Débattons dans les rues à Tours, tentative subversive et joyeuse – mais pas simple à mettre en pratique – d’investir les rues pour faire de la politique autrement. Dans le tissu pavillonnaire somme toute tranquille d’une Bourgogne prospère, s’engager comme « voisin vigilant » recouvre en revanche des motivations allant du souci sécuritaire au contrôle des éventuelles dérives vigilantistes… À Riace, village pauvre du sud de l’Italie, terre d’émigration depuis des générations, l’arrivée de migrants va offrir l’occasion de réinventer le local, en associant symboliquement hospitalité, lutte anti-mafia et rêve d’autonomie collective. Si à Mayotte, des citoyen.ne.s français.e.s peuvent en arriver à chasser leurs voisin.e.s comorien.ne.s dans la violence, le récit de Youmna face à son décasage montre que les subalternes peuvent ici aussi donner de la voix.

Cette prise de parole populaire peut revêtir de multiples formes : à Saint-Étienne, les artistes Ella&Pitr peuplent les murs de la ville de géants débonnaires, aux antipodes du citadin jeune et branché mis en scène par le marketing urbain. La politique se joue donc aussi dans l’esthétique : l’égalité se mesure dans le bidonville de Khon Kaen (Thaïlande) à l’aune de l’accès aux attributs de la modernité.

Peut-être la citoyenneté commence-t-elle justement par le débat sur ce qui fait citoyenneté ? Au rond-point de Saint-Avold, emblème de la désindustrialisation, ce qui se passe dans la cabane des Gilets jaunes paraît presque plus important que les actions conduites sur le rond-point lui-même, pour ce qui s’y partage. Là comme à la Duchère, grand ensemble lyonnais, l’ethnographe saisit les traces minuscules de ces prises de parole, ou de leur impossible émergence. L’anthropologie est bien armée pour dire quelque chose de cette échelle micro-locale du politique, niché au cœur de nos vies ordinaires. La présente invitation à explorer ces manières diverses, complexes, parfois ambivalentes, d’articuler local et civique se veut, à sa manière, une modeste intervention démocratique, quand même un acte de citoyenneté.

Florence Bouillon, Sarah Carton de Grammont & Maria Anita Palumbo

Télécharger le booklet (PDF)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Carolina Kobelinsky (2 juin 2020). N°4 : Petits citadins, mauvais citoyens ? Monde commun. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlo3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search