N°3 : Multitude migrante

 
couverture du N°2

Multitude migrante

Volume coordonné par
Michel Agier,
Carolina Kobelinsky
& David Picherit

Publié en septembre 2019

 

 

→ Sommaire

 

1 : Grand entretien

Marc Augé
Engager l’anthropologie. La colonisation, les prophètes, la mondialisation
Avec Michel Agier et Carolina Kobelinsky

2 : Dossier

Rigas Arvanitis et Arnoldo Pirela 
De la circulation cosmopolite à l’émigration forcée : expérience d’un chercheur vénézuélien

Sadio Soukouna
Migrants maliens et paradiplomatie : entre politisation et marginalisation

David Picherit 
Circuler pour faire migrer en Inde rurale

Stéphane Beaud
La famille Belhoumi, miroir de l’immigration algérienne en France

Cahier photographique

Olivier Jobard
Ghorban, né un jour qui n’existe pas

3 : Si loin, si proche

Biao Xiang 
Le migrant en devenir : transformation sociale, émigration de travail et gouvernance dans le nord-est de la Chine

4 : Prise de parole

Marie Cosnay
Dans nos maisons

5 : Faire de l’anthropologie

Shahram Khosravi 
Un anthropologue avec accent : approche autoethnographique 

 

Édito

L’universitaire camerounais à New York, le trader français à Londres, l’ouvrier népalais à Doha… sont autant de figures contemporaines de la mobilité. Des milliers, millions de vies singulières forment ce monde pluriel, hybride et cosmopolite. Faire tenir la multitude migrante de la planète dans une poignée d’études de cas est le genre de défi auquel les anthropologues sont habitués. Nous visons moins la représentativité statistique que l’exemplarité anthropologique, faisant le pari que chaque lectrice ou lecteur peut y reconnaître un peu de soi.

« Si l’anthropologie n’était pas critique, elle n’aurait pas lieu d’être », nous rappelle Marc Augé : nous avons souhaité, avec ce numéro 3 de Monde commun, « calmer le jeu » et mettre en évidence la dimension ordinaire, sans être anodine, de la migration.

Ainsi, vous trouverez dans ce numéro des migrants maliens de Montreuil, des acteurs de développement à Kayes, un scientifique vénézuélien en exil dans le sud de la France, des travailleurs indiens recrutés dans des emplois lointains pour payer une dette, une famille algérienne en France, un migrant iranien devenu l’anthropologue de sa propre condition.

Au-delà de la singularité de chacune des situations, considérer ensemble cette multitude migrante internationale – plus de 250 millions de personnes vivant hors de leur pays de naissance – invite à penser le monde à partir des sites et situations de rencontre, cohabitation, coprésence, conflit ou collaboration. Il en va parfois de même avec les migrations de travailleurs à l’intérieur d’un vaste pays comme l’Inde, où les migrants franchissent « des États, des langues et des habitudes alimentaires différentes ». La migration est aussi un devenir qui traverse la vie de celles et ceux qui aspirent au déplacement, même s’ils n’en ont pas encore fait ou n’en feront jamais l’expérience. Aujourd’hui, en Chine, des millions de migrants potentiels rêvent et préparent leur vie au loin.

Ces déplacements redessinent les frontières, qu’elles soient géopolitiques, sociales, culturelles… là où se croisent les établis, les migrants anciens et les nouveaux venus, en zone rurale et urbaine. L’hybridation y est constante. Elle est aussi ancestrale que les mobilités. Elle n’a même ni début ni fin. Dans des villes ouvertes au monde, les processus de « globalisation » s’imbriquent, un cosmopolitisme de tous les jours s’invente. Chacune et chacun apprend à faire avec le monde, organise de nouveaux rapports de pouvoir et redéfinit la place et l’emprise des métropoles, des États et des nations.

Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Marc Augé, anthropologue de la mobilité, n’oublie pas que sa discipline s’est formée à partir des lieux et d’une croyance dans l’atemporalité de ses objets, alors que les non-lieux, le conflit et le mouvement sont apparus comme des marques de la « surmodernité » imposant un changement de concepts, méthodes et questions aux nouvelles générations de chercheur-es. Comment les migrations s’inscrivent-elles durablement dans le tissu social ? Comment les sociétés fonctionnent-elles avec l’ouverture au monde et la mobilité comme principe ?

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Carolina Kobelinsky (10 septembre 2019). N°3 : Multitude migrante. Monde commun. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlo0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search