N°2 : Fake news, mensonges & vérités

 
couverture du numéro 2 - Fake news, mensonges et vérités

Fake news, mensonges & vérités

Volume coordonné par
Martin Lamotte,
Léonore Le Caisne
& Stefan Le Courant

Publié en mars 2019

 

 

→ Sommaire

 

1 : Grand entretien

Jeanne Favret-Saada
Sortir de l’anthropologie pour en faire.

Avec Léonore Le Caisne et Cédric Terzi

2 : Dossier

Michel Agier
La vérité du terrain. Réflexions sur l’enquête ethnographique, le savoir et la parole des anthropologues

Stefan Le Courant
Imposture à la frontière. Les deux vérités de Masséré Sissoko

Martin Lamotte
Dans l’ombre de la vérité. L’enquête des Ñetas sur un héros gangster

Aurélie Ledoux
Des usages politiques de l’image comme preuve. Contre-histoire, complotisme et « post-vérité »

Cahier de dessin

Émilie Séto
Le vrai du faux du Modigliani

3 : Si loin, si proche

Carole McGranahan
Une anthropologie du mensonge : Trump et la socialité politique de l’indignation morale

4 : Prise de parole

Assane Diagne
Face aux fake news, (r)établir les faits.

Sophie Eustache
À qui profite le fact-checking ? (L’émergence d’une nouvelle mythologie du journalisme).

5 : Faire de l’anthropologie

Julien Bonhomme
Fausses rumeurs ? Éthique et épistémologie de la vérité

 

Édito

A l’heure où la question des « fake news » et des faits alternatifs s’est emparée de l’espace public, que peut apporter l’anthropologie au débat sur la vérité ? Pour l’anthropologue, la question de la vérité est au moins double. Il y a d’abord celle des personnes auprès de qui il enquête. Nombreux sont ceux qui traquent les mensonges et cherchent à établir une vérité : le juge d’instruction, la vérité judiciaire ; le fact-checker, la vérité de l’événement ; les membres d’un gang portoricain, la véritable histoire de leur héros fondateur. Vient ensuite la vérité que l’anthropologue construit à partir de ce travail de terrain, son enquête sur ces enquêtes. À travers son expérience, la « saisie subjective des subjectivités » pour reprendre une expression de Michel Agier, il produit la vérité de l’anthropologue. À lui, ou elle, d’expliciter comment et pourquoi les questions de vérité (et donc aussi celles des mensonges) importent – pour qui et à quelle occasion – et ce que ces quêtes produisent. Ces deux registres de vérité n’ont pas vocation à coïncider, et ils le font rarement. L’anthropologue navigue entre ces différents registres. Il s’en fait le passeur et l’interprète. Ainsi pourra-t-il faire dialoguer les perspectives : celle du fact-checker sénégalais qui scrute les faits pour assurer la possibilité d’un débat démocratique ; celle qui analyse les débats suscités par les faits alternatifs aux États-Unis et qui y voit, au contraire, un affaiblissement du politique puisqu’il se réduit à une controverse, souvent stérile, sur les faits.

En se penchant sur la vérité – la sienne et celle des autres –, l’anthropologue doit bien souvent admettre que le couple vrai/faux est loin d’épuiser les possibilités auxquelles il a affaire. Les faits et les individus eux-mêmes échappent à cette catégorisation binaire. Le migrant qui affronte les épreuves de vérité de la frontière – celui qui veut la traverser doit décliner sa véritable identité – usera d’identités multiples afin de les déjouer. Dans ce dédale où rien, ni personne, n’est jamais tout à fait faux ni totalement vrai, il finira par douter de lui-même. Ainsi, les vérités sont foisonnantes, fluctuantes selon les contextes et les circonstances, souvent contradictoires… De quoi donner le tournis à l’ethnologue qui serait naïvement à la recherche de la parole « vraie ». Nous sommes tous de « véritables athlètes de la traduction », observe Jeanne Favret-Saada dans l’entretien qu’elle nous a accordé pour ce numéro. À l’image des habitants du bocage normand – auxquels l’ethnologue a consacré son livre célèbre Les Mots, la Mort, les Sorts (1977) – qui naviguent quotidiennement entre sorcellerie et considérations plus cartésiennes, nous passons tous, sans discernement et sans crier gare, d’un registre de vérité à un autre. Quand bien même ils seraient en apparence incompatibles.

L’anthropologue s’inscrit donc avant tout dans une démarche de compréhension de l’autre. Il cherche moins à établir des faits et leur vérité, que les conditions sociales de leur existence. Ce qui peut, certes, poser des questions éthiques : que faire, par exemple, quand démentir une rumeur en exposant le faux permettrait d’épargner la vie de ceux qu’elle accuse, comme dans le cas de la rumeur des voleurs des sexes en Afrique de l’Ouest et Afrique centrale ? L’anthropologue est-il toujours un simple traducteur ? Ne court-il pas le risque, quand il expose sa vérité, de se voir reprocher une posture surplombante, que certains associeront sans peine au passé colonial de la discipline ? Les régimes de vérités ont parfois bien du mal à dialoguer.

En somme, la question de la vérité est aussi omniprésente que plurielle. Dans ce numéro, nous avons fait le choix de l’aborder à partir d’enquêtes variées où, bien souvent en fait, l’anthropologue est moins à la recherche de la vérité de ses interlocuteurs que de celle de la situation dans laquelle ils se rencontrent. Ce qui ne peut être saisi qu’à partir d’enquêtes longues et minutieuses.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Carolina Kobelinsky (15 février 2019). N°2 : Fake news, mensonges & vérités. Monde commun. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlnw


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search