N°1 : Violence partout, justice nulle part !

 
couverture du numéro 1 - Violence partout, justice nulle part!

Violence partout, justice nulle part !

Volume coordonné par
Chowra Makaremi,
Michel Naepels
& Perrine Poupin

Publié en septembre 2018

 

 

→ Sommaire

 

1 : Grand entretien

Patrick Boucheron
La violence, l’engagement, l’écriture.

2 : Dossier

Kamel Boukir
« Nique sa mère la justice »
Le soupçon de déni de justice entre défi et colère

Chowra Makaremi
Violence d’État et politiques du déni en Iran.
Les tracés du pouvoir.

Michel Naepels
Violence et impunité à proximité du pouvoir.
Gédéon Kyungu Mutanga, un milicien en République démocratique du Congo.

Perrine Poupin
De l’otage à la proie, Irina Dovgan.
Une femme civile dans la guerre (Donbass, Ukraine).

Cahier de dessin

Damien Roudeau
Montreuil

3 : Si loin, si proche

Sanjay Barbora
Exhumer une beauté terrible :
violence et politique des choix en Assam
(Inde du nord).

4 : Prise de parole

Mogniss Abdallah
Samir Baaloudj
Tarek Kawtari
Farid Taalba
présenté par Perrine Poupin
30 ans de luttes contre les violences policières
dans les quartiers populaires.
L’exemple de Dammarie-les-Lys.

5 : Faire de l’anthropologie

Adèle Blazquez
Ethnographie d’un contexte violent (Sinaloa, Mexique).
L’immanence de l’enquête.

 

Édito

Parfois, on se raconte des histoires : nous avons rejeté la violence hors de nous, nous avons passé un contrat pour y renoncer, les rapports sociaux ont été pacifiés, justice et civilité progressent ensemble… Et l’État revendique ainsi le monopole de la violence légitime, dans le seul cadre défini par la loi.
Les sciences sociales racontent d’autres histoires pourtant, dans lesquelles la violence paraît moins exceptionnelle, et la justice plus fragile, plus menacée, plus rare que ce que l’on veut communément croire. Ce sont ces histoires que nous souhaitons faire entendre, celles que les anthropologues que nous sommes écoutent ou suscitent, au fil de longues enquêtes de terrain permettant de parcourir des mondes sociaux divers, d’y nouer des relations étroites, et de comprendre ces récits dans leurs contextes…

Lire la suite de l’édito

Les textes qui suivent portent sur des situations proches (en France) ou lointaines (en Ukraine, en Inde, au Congo, au Mexique, en Iran), sur des périodes anciennes (le Moyen Âge) ou contemporaines. Ils permettent de saisir un certain nombre de liens qui unissent violence et justice, justice et réparation, déni de justice et exclusion, justice et dignité. La justification la plus fréquente de la violence, d’État ou privée, fait de celle-ci une contre-violence, une manière de compenser les violences subies, les dénis de justice et de reconnaissance, ou de défaire les violences les plus structurellement enracinées. Ces dernières se passent généralement de justification et se maintiennent en cherchant à se rendre invisibles. Mais alors, où s’arrête le cycle de la violence et de la contre-violence ?

Nous souhaitons interroger et dénaturaliser la violence en la replaçant systématiquement en situation, en contexte. Qu’est-ce qu’être otage dans la guerre en Ukraine ? Comment se construit l’impunité d’un chef milicien au Congo ? Comment sont effacées les traces de la violence d’État en Iran ? Comment s’expérimentent les violences policières et le déni de justice en France ? Quelle violence le processus de paix porte-t-il dans le conflit qui marque le Nord-Est de l’Inde depuis plus de quarante ans ? Comment mener une enquête dans le contexte terriblement violent d’une région de narcotrafic au Mexique ? Nous ferons entendre à travers ces histoires les expériences et les demandes de justice que ces violences engagent. « Sans la justice, vous n’aurez pas la paix », entend-on des communes du Moyen Âge italien aux collectifs actuels contre les violences policières en France. À partir de quels seuils une violence devient-elle insupportable et appelle-t-elle la mise en acte d’une réaction ? La justice répressive est-elle la continuation de la violence par d’autres moyens ? La demande de justice apparaît à la fois comme une grille de compréhension de la violence, et comme une condition pour en sortir, dans un monde où le conflit est saisi par les normes de la justice transitionnelle ou internationale. Mais les relations entre droit et violence ne sont pas si simples : le premier n’est pas uniquement le remède du second, il peut en être une composante. Lorsque la justice n’est pas là où elle est attendue, comment construire la paix ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search