Défendre la société, reconstruire le commun!

Défendre la société, reconstruire le commun !

Motion de l’Assemblée générale annuelle du Conseil de rédaction de la revue Monde commun : des anthropologues dans la cité

L’AG du Conseil de rédaction de la revue Monde commun : des anthropologues dans la cité  réunie le 22 janvier 2020 a décidé de rejoindre la lutte contre la réforme des retraites et contre le projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR).

En rejoignant la quarantaine de revues de Sciences sociales déjà mobilisées, nous nous déclarons pour une retraite par répartition au nom du principe de solidarité, sociale et intergénérationnelle, contre le modèle individualiste imposé par les réformes néolibérales successives du gouvernement, et notamment celle de la retraite par points qui ouvre la porte à la retraite par capitalisation.

La loi sur la retraite comme la LPPR accélèrent un mouvement plus ancien de destruction des principes fondamentaux de notre système de protection sociale, du service public et de l’État social. Elles complètent et radicalisent les réformes précédentes sur l’université (LRU, loi Fioraso, loi ORE, Parcoursup), la Loi de transformation de la fonction publique (2019), et la réforme de l’assurance chômage avec pour but de réduire le « coût » du travail au nom de la compétitivité. Ces politiques augmentent les inégalités, la précarisation générale des jeunes, dont les jeunes chercheur-es. Elles détruisent le bien commun, la solidarité et l’idée même d’un Etat au service du public. L’abandon programmé d’une politique de recrutements pérennes entraîne de facto une fragilisation importante des carrières des personnels de la recherche, nuisible non seulement à leurs conditions d’existence mais aussi à la construction des compétences et à la production scientifique.

La recherche publique et indépendante est en danger et, au-delà, « la possibilité de décrire rationnellement le monde, face à la lente destruction des conditions de production du savoir et à sa marchandisation », comme l’ont écrit les membres de la revue Genèses, qui a initié ce mouvement des revues.

Le Conseil de rédaction de Monde commun, dans sa composition (doctorants, jeunes docteurs sans poste, post-docs précaires, enseignants-chercheurs statutaires) et dans son initiative elle-même, associative, se veut un moyen de résistance contre le démantèlement des collectifs de recherche et de leur capacité à faire dialoguer la recherche avec un large public. Dans ce sens, Monde commun soutient la mobilisation des personnels BIATSS (Ingénieurs, Administratifs, Techniques, Sanitaires et Sociaux, et des Bibliothèques) d’Open Edition.

Nous, Conseil de rédaction de Monde commun, nous opposons aux perspectives dessinées dans les rapports établis en vue de l’élaboration de la LPPR, rédigés en dépit des consultations antérieures de la communauté universitaire et scientifique. Nous exigeons une loi qui nous redonne les moyens d’une recherche et d’un enseignement stables, indépendants et de qualité. Nous nous mobilisons donc en faveur d’un autre projet, qui mette un terme aux logiques de concentration et réduction des moyens, de précarisation et de compétition qui sapent depuis trop d’années nos professions.